Elections présidentielles françaises et assimilation !

Onze candidats s’affrontent à l’occasion des prochaines élections présidentielles en France. Au coeur des débats opposant les 4 ou 5 plus remarqués par les sondages se trouve la problématique du développement de la France actuelle. Selon que le discours soit de Lepen, de Mélanchon ou de Dupont-Aignan… c’est l’Europe qui serait le danger principal qui grève le développement de la France. Macron ou Fillon récusent cette idée  garantissant le futur de la France dans et par l’Europe. Ils ne conçoivent pas « l’identité française » sans les « outre-mer » ! Se poser la question de la souveraineté française en intégrant les conquêtes coloniales pourrait sembler un paradoxe, mais c’est de la logique pure chez tous ceux qui ont assimilé les richesses des Peuples dominés par la France. Ils considèrent comme une chance pour la France d’avoir gardé des colonies. La France actuelle est le résultat de la diversité de ces rencontres, disent-ils. Sauf… que pour pouvoir assumer un telle vision de soi, il faudrait que les colonisés n’accèdent pas à la conscience de soi, qu’ils se nient… Celui qui est colonisé et Français abandonne sa culture : les nombreux débats concernant les Français d’origine africaine (Arabe et autres) le montrent bien.

Selon la puissance coloniale assimiler l’autre c’est se protéger ! Car puisque par l’acte d’assimilation l’autre n’est plus lui, donc différent du Français, la France serait ainsi préservée tout en se construisant à partir des richesses (matérielles et immatérielles) des autres. Cette construction républicaine est pernicieuse en ce sens qu’elle prétend s’ouvrir aux autres en leur imposant ses valeurs.

Comment résoudre cette contradiction ? Il y en a bien une.

Seul le  RESPECT de l’autre autorise le partage des valeurs.

Le MÉPRIS pour l’autre condamne tout partage !

Artaud et Poutou sont les seuls candidats à prôner un discours qui aille dans ce sens. Ils ne veulent pas du poste de président et ils ne seront pas élus le 7 mai : ………. !!!

ASSIMILATION à la française !!!

L’aspect principal qui ressort de l’analyse des luttes menées par les masses guyanaises se traduit en un mot : assimilation.

– Est-ce à dire que le Peuple guyanais soit « asi – milé » ? Est-ce à dire que les travailleurs de Guyane soient assimilés ?

Du XVIIe au XXe siècle les luttes des Peuples nous ont apporté des réponses relatives aux caractéristiques des politiques de domination qu’ils ont eu à subir et parfois subissent encore. Parmi toutes celles qu’il faudrait retenir, l’opinion commune trouve facilement le « cas guyanais » spécifique. Ne nous trompons pas. À chaque fois que l’on s’interroge sur la situation d’une colonie « française » cette réduction est tentante, un peu comme si nous pourrions poursuivre par : en Martinique c’est spécial ; en Guadeloupe, c’est particulier ; quant à la Réunion, c’est « pa menm palé ! ». A priori, ce qui semble une simple tentation dans une démarche d’investigation ne cache-t-elle pas, en réalité, le dictat d’une stratégie de suprématie ?

– Est-ce à dire qu’être Français c’est ne pas tolérer, ne pas reconnaître l’autre ?

C’est ce double questionnement qui m’interpelle dans le cadre de l’observation de la « question guyanaise ».

NOU sòti Bawbad

Mwen é Lik, nou sòti rété Bawbad, pannan on simenn, pou nou té pawtisipé adan on konférans ki nonmé « Islands in Between». An vérité nou pwofité pou té konnèt myé péyi -la.

Nou rivé Bawbad douvan jou, lè 2 novanm, koté dézè é dimi « A.M », paskè la LIAT té ni onlo rèta. Evidaman, rivé an mitan lannwit adan on péyi, apa méyè mannyè pouw pé dékouvè sa ki ni alantou a-w. On dòt koté, sa ka fè-w konpwann adan on bat zyé, ki jan péyi-la kléré, ki jan kaz a moun simé asi téritwa a péyi-la épi kijan lé batiman pozé asi tè a péyi-la. Sa ja ka pòté on lidé ba-w asi mannyè dévlopman mondyalizé sizé an péyi-la. Annou yenki di, pou bonn é érèz rivé an nou a Bawbad, nou trapé vit fè on lidé konm kwa, péyi la pito « dévlopé ».

Nou lojé adan on lotèl a « Sunset Crest » (St. James) asi koté anba van, solèy kouchan dannò a péyi-la. Sé on zòn ola tini yonn-dé monn ; fò pa palé montangn. Sépoulosdonk, nou pa té lwen a « Cave Hill University », on bèl sité pou jennès apwann konnèt é konpwann.

Pwèmyé jouné la nou a-y fè on lantou a Bridgetown é nou pwofité pou té vizité « Parliament » a yo. Nou té pé dékouvè plizyè èspozisyon asi vi a nonm an péyi-la é mannyè yo ka vwè nésans a Bawbad a jòdijou. Sa ki fwapé mwen sé kontinwité yo ka fè antrè lépok kolonyal é lépok pos-kolonyal. Sé pousa an ka kwè yo planté douvan lantrè a sal pwensipal la, dé figi : on fig a Nèg é yonn a Blan, fas-a-fas ka kadré pòt lantré-la. Sosyété-la an konstriksyon. Yo mété douvan valè a kouraj, valè a détewminasyon, valè a angajman, valè a krikèt, valè spirityèl kèlkè swa fom rèlijyon sa ka pwan aka lé nom é fanm ki konstrui péyi-la. Tousa pwézanté èvè vi a dé moun ka sèvi senbòl a péyi-la. Pwèmyé « Parliament » a yo monté an lanné 1654. Sé té tan ola an Langlètè konba va antrè moun ki pou Cromwell é dot ki kont li. Lé koloni sé zévan pou tousa ki ni poblèm an rèlijyon ouben an òwganizasyon politik é sosyal.

Konférans « Islands in Between», té pwévwa rousouvwè moun Létazini, Gwadloup, Matinik, Pòto-Riko, Trinidad, Bannzil Vyèwj é dòt ankò. Lè 2 oswa adan on kontré pou bokanté, tout moun vini, palé, bwè, manjé ansanm. Sé la an kontré Max, on Gwadloupéyen ka fè lékòl an linivewsité Matinik.

Landèmen, tout lajouné, adan plizyè « panèl » lang komansé fè lafimé : anglé siwtou, pannyòl, fwansé, kréyòl… pou èspliké, démontré kontèl sosyété Karayib-la vivan-vivan. Antrè lè mewkrèdi 2 é lè sanmdi 5 novanm 2016, mi sé konsa bokantaj pawòl fèt asi sosyété a lilèt Karayib épi bout asi on tèm : ki jan sosyété Bawbad ka viv jòdi poblèm a jénnès, poblèm a édikasyon é fowmasyon…?

Lé kontré té plen piman. Sé konsa èvè Karl, on Bawbadyen, pwofésè istwa, nou vizité on bon détwa koté, kontèl falèz an dannò, distilri … , « Tower Hill », lizinn a koton koté Senjòj… Nou pasé vwè on kouzen a-y é la nou dékolé èvè sa yo kriyé on ponch bawbadyen ; èvè glason adan-y sa ka sanm on ponch matiniken. Dayè, mwen apwann ki té ni onlo léchanj antrè Bawbad é Matinik jiskoté lé lanné 1960. On jou Karl té an Matinik aka dé béké é on kout kréyòl chapé an bouch a-y. I enki santi on kalòt rivé an figi a-y, « Bla…wwww ! » Sé madanm-la an kaz la ki woupwan-y kon sa : « Ce n’est pas une langue de civilisé, mon garçon ! »

Pannan déotwa jou nou sòti langanné, diskité asi kréyol… Sé pou di-w, la vi ka maché kochi ! On pawòl ki vré jòdi pé byen vin fo dèmen !