AUTONOMIE ou INDÉPENDANCE ?!

That’s the question …

Les colonies, dans l’Antiquité, servaient de déversoir, de réserves d’expansion à une cité-mère. Lorsque l’une d’entre-elles atteignait un stade de développement économique, militaire et politique susceptible de la menacer dans son existence même, elle déversait le flot perturbateur en dehors de ses limites, en formant une « colonie », tout en essayant de contrôler la situation. Elle gardait le rôle de métropole (cité-mère). Il est démontré historiquement, à travers le temps, que ces « colonies », acquéraient une dynamique propre qui les séparaient de leur cité-mère. C’est une évolution sociale qui a marqué les bords de la mer Méditerranée.

Soyons clairs ! L’opinion qui consiste à chercher les liens, prétendument indéfectibles, qui attachent une « cité-mère » à sa « colonie », est une vue de l’esprit, une chimère. Il n’empêche que nous pouvons chercher à donner du sens à la chose telle qu’elle se présente, sous une forme idéologique.

Tout acte créatif est produit de relations, à l’origine elles-mêmes de nouvelles rencontres, qui se transforment ou pas en liens. C’est dans l’ordre naturel. C’est la vie.

La « cité-mère » qui atteint ce degré de sa propre reproduction ne se préoccupe pas de savoir si son acte peut être à l’origine d’une adversité ou d’une perpétuation de sa genèse, elle s’adapte en produisant selon les nécessités.

Il en sera de même au XVIIe siècle en Occident, au niveau des Etats. Lorsque le ministre des finances et de la marine de Louis XIV, le sieur Colbert, élabore la stratégie de « l’exclusif colonial », il fait œuvre de responsabilité politique face à la concurrence des puissances déjà confirmées, telles l’Espagne et le Portugal, et celles montantes, telles l’Angleterre et les Provinces-Unies. Une « colonie » naît afin d’assurer le développement de sa « métropole », cela ne correspond pas aux conditions de l’époque antique. Elle ne doit commercer qu’avec sa « métropole », telle est l’une des marques de l’époque moderne.

La colonisation n’est pas un absolu qui transcende l’action humaine. Nous sommes face à une production sociale, quelle que soit l’époque considérée. C’est en cela que nous nous interrogeons sur notre présent et non en nous forçant à élaborer un simulacre de notre passé dans le seul but de faire correspondre la réalité immédiate imposée, à une représentation surfaite dans des pitreries qui nous sont exigées.

Une colonie contemporaine est destinée à s’auto-déterminer. Un point c’est tout !

Il s’agit d’un principe mis en évidence dans la construction des relations internationales des années après la première guerre mondiale (1918, Traité de Versailles).

Que devons-nous faire de ce principe ? Nous devons en user !

Dans quel sens ? Jusqu’à plus soif !

L’Autonomie dans les OM : une opportunité de renforcement de l’UE…

La question de l’autonomie a été historiquement posée en Guadeloupe sous la plume de A. René-Boisneuf au début du XXe siècle. Cette préoccupation reposait sur l’idée force de deux « patries » : la « petite » et la « grande ». Dans un second temps, c’est au début des années 1960 que le PCG promeut un tel mot d’ordre, sanctifié à son IIIe Congrès, à Capesterre-Belle-Eau en 1964. Le CPNJG, dont les militants sont très proches des cellules de jeunes du PCG, préconisent au même moment une « autonomie » dont l’expression ne s’accommode pas obligatoirement avec la formule « en union avec la France ». Bref, les massacres des 26 et 27 mai 1967 sonnent le glas du dit mot d’ordre, sauf au sein du PCG. Depuis quelques années nous assistons à un regain d’intérêt pour l’Autonomie, d’abord au niveau d’anciens partisans de l’Indépendance Nationale, plus récemment chez d’anciens membres du GRS, et enfin dans certains groupes sociaux indéterminés.

Ce qu’il ne faut pas ignorer :

  • C’est le 18 octobre 1953, dans le cadre des « Etats généraux des communes d’Europe»,

que fut adoptée la « Charte européenne des libertés communales » qui préfigurait la « Charte européenne de l’autonomie locale ». Cette dernière n’est toujours pas complètement ratifiée par la France qui traine les pieds.

  • Il s’agit donc d’une obligation politique et réglementaire de l’actuelle UE que tous les membres devront mettre en œuvre et dont l’esprit et la lettre peuvent se résumer dans l’extrait suivant : « L’autonomie locale est le droit et la capacité effective pour les collectivités de régler et de gérer, dans le cadre de la loi, sous leur propre responsabilité et au profit de leurs populations, une part importante des affaires publiques. »[1]
  • En France, contrairement à de nombreux Etats européens, il ne fut pas aisé de nourrir un tel débat. Si dès les débuts des années 1960, les gouvernements installent une représentation régionale de l’Etat, ce n’est qu’en mars 1982, que la première loi dite de décentralisation est votée. La régionalisation démarre en France avec G. Defferre. Entre 2003 et 2004, il y a un renforcement de cette régionalisation, poursuivie en 2013-2014, avec la déconcentration.

Mais, c’est en 2015, avec en particulier la loi NOTRE[2] que s’accélère le processus de mise en place d’une « nouvelle organisation du territoire français. »

Ce que nous venons d’illustrer c’est la volonté politique d’un ensemble bien déterminé que constituait en 1957, le Marché Commun, devenu aujourd’hui, l’UE.

La refonte « autonomiste » des relations de la Guadeloupe avec la France repose fondamentalement sur ces bases-là. Ses tenants feignent de l’ignorer. Sous des simulacres de débats touchant les articles 73, 74 et 77 de la Constitution française, ils nous font croire qu’ils ont choisi la formule la plus raisonnable pour notre Peuple. En réalité, il n’en est rien pour ce qui de nos intérêts fondamentaux.

Une frange de la petite bourgeoisie, liée à l’appareil d’Etat, à l’import-export, aux subventions de toutes sources, à l’assistance de provenances diverses, enfin à la corruption avérée et au trafic en tout genre, ne conçoit pas l’avenir sans la France. La République française, rien que la République et toute la République, tel est leur credo ! En fait de France, c’est à l’Europe qu’ils ont vendu leur âme ! Ils acceptent consciemment de jouer le cheval de Troie dans la Caraïbe et les Amériques, au profit de l’Europe. Intellectuellement, ils sont la lie de l’aliénation en milieu colonial.

Epargnez nous de fonder notre devenir sur une parade stratégique et organisationnelle de l’UE face à la recomposition géo-politique de la puissance dans le monde. Notre ambition est bien plus modeste et plus noble.

L’Indépendance Nationale : la genèse d’un mieux être ensemble

A contrario, la recherche d’un mieux être ensemble, en dépit des circonstances historiques, nous vaut de penser l’avenir de nos enfants avec un peu plus de bons sens.

En effet, nous sommes confrontés à un vrai dilemme. Le Peuple Kalina, dernier descendant des Amérindiens à occuper notre territoire, ayant accepté la présence des Français, ne se doutait pas qu’il allait se trouver face à un obstacle majeur sur la voie de sa propre perpétuation. Après un peu plus d’un siècle de connivence avec les Anglais, les Français et les Hollandais face aux Espagnols, le sentiment de la stabilité a pu séduire la communauté Kalina et ainsi la plonger dans une coupable léthargie devant des ambitions jusque là contenues de ces visiteurs félons, chapardeurs et brigands.

Depuis environ quatre siècles, l’Etat français tire parti de cette intrusion coloniale sur notre terre. Car en effet, leur installation à la Pointe nord de la Basse-Terre en mars 1635 relève de la manœuvre conquérante, c’est-à-dire accaparatrice, spoliatrice, dominatrice, essence même du colonialisme.

Nous savons parfaitement dans quelles conditions a été signé à Basse-Terre le prétendu accord de 1660. Nous savons parfaitement que les « Sauvages » de la Guadeloupe reçurent l’assurance de bénéficier de plus de 400 hectares de foncier dans l’extrémité nord de la Grande-Terre. Nous savons aussi parfaitement que le pouvoir colonial n’a pas de parole. Mépris et discrimination sont ses mamelles dès qu’il est question de faire face à l’autre, à l’inconnu.

Le choix du système servile en lieu et place du système contractuel et de l’engagement manœuvrier (36 mois) témoigne de l’empressement des capitalistes à parvenir le plus rapidement que possible à une rentabilité maximale.

Très vite, l’Etat s’est adapté à la pression exercée par ces nouveaux rapports sociaux sur les super-structures. Le Code Noir en 1685 consacre la conversion d’une domination capitaliste en domination raciste. Depuis, nous assistons à une noria de mesures d’adaptabilité en fonction de la conjoncture, des époques et surtout des besoins propres de la « métropole ». C’est cette dynamique qu’il s’agit de stopper, de rompre, car elle n’a rien de naturel, de déterminé, d’intangible.

Depuis le 4 juillet 1783, les Treize colonies britanniques ont montré la voie en créant les Etats-Unis d’Amérique, suivie en cela par les esclaves de Saint-Domingue qui eux créent la République d’Haïti, le 1er janvier 1804, puis par les colonies espagnoles qui conquièrent leur indépendance nationale. Comment peut-on douter de la justesse de cette voie ? Quelle tare colonisatrice nous étreint à ce point jusqu’à nous voiler le chemin qui nous mène à nous-mêmes ? Quels intérêts sentimentaux, émotionnels, voire bestiaux nous stressent à ce point déréglant notre métabolisme dès lors qu’il est question de notre responsabilité propre ?

Depuis les débuts de la période coloniale en Guadeloupe, notre Peuple a tenté à de nombreuses reprises de mettre fin à ce système de domination. Sans succès ! Ce n’est certainement pas une raison qui nous empêche aujourd’hui de relever le défi une fois de plus. Nous le devons à tous ceux qui se sont soulevés contre l’esclavage, à tous ceux qui sont morts au cours de la guerre de 1802, à tous ceux qui ont été exécutés sans jugement, déportés et humiliés. Nous le devons à tous ceux qui ont été délibérément assassinés dans des lisières à Saint-François et à la Mineur à Capesterre Belle-Eau en 1910. Nous le devons aux quatre tués du Moule en février 1952. Nous le devons à ceux qui ont été massacrés dans les rues de Pointe à Pitre les 26 et 27 mai 1967. Nous le devons à Jack BINOT descendu à la Cité Henri IV, à Pointe à Pitre, le 18 février 2009.

Malgré ces affres, la période coloniale porte en elle le souffle d’un dépassement salutaire. Celui-ci ne relève pas d’un quelconque déterminisme derrière lequel les militants anti-colonialistes n’ont qu’à se vautrer afin de surveiller le moment opportun pour jaillir sur la scène du pouvoir local. Le dépassement en question est de l’ordre de la création collective. Il nous demande de piétiner le mépris de soi, de développer la confiance en notre partenaire de combat, d’honorer tous les apports humains qui valorisent la justice, le bon droit et la mesure. Il nous réclame de condamner toutes les discriminations sans hésitation. Et, dès lors, nous emprunterons ensemble l’élévation de la conscience qui nous est promis grâce aux sacrifices consentis par nos aînés.

Nous le devons enfin au Peuple de France à qui notre courage transcendé permettra de percevoir collectivement, les horizons réinventés de la fraternité.

*

Babylas, Raymond GAMA                                                                    Pòlwi 13.06.2020

[1] Ouverte à la signature le 15 octobre 1985, entrée en vigueur le 5 septembre 1988, est toujours, en France, dans son processus de ratification définitive après l’adoption de la loi n° 2006-823, du 10 juillet 2006 autorisant l’approbation du traité.

[2] Loi qui porte le nom du député ayant rapporté.

LES RENTES STRUCTURELLES DE LA SOCIÉTÉ COLONIALE ACTUELLE … Assimilation : stade suprême du colonialisme !

Dans le long procès (plus de 6000 ans) d’humanisation du milieu naturel dans l’archipel de Guadeloupe, nous distinguons trois « rentes » structurelles

Ces trois rentes participent, depuis 1635, à la structuration de la société coloniale actuelle. Par rente, il faut entendre, des consolidations dynamiques qui sur un plan social forment des cristallisations comportementales que l’on transmet à la génération suivante. Ces cristallisations opèrent à partir de la sédimentation qui affecte le Kò Sosyal. Ce que les conceptions évolutionnistes qualifient de progrès s’agglomère ici à partir des actions humaines sur le milieu naturel, d’une part, et sur le milieu social, d’autre part. Avant l’arrivée des Français, la dominante de ces actions s’apparente à une ponction, selon les besoins des hommes. Depuis mars 1635, nous assistons à une perversion de la relation avec le milieu naturel qui est à l’origine de distorsions sociales sans précédent dans l’histoire de l’humanité. C’est la préservation de ces distorsions que le pouvoir colonial tend à pérenniser à travers diverses réformes de surface, mais jamais structurelles. Par le présent texte, nous avons l’intention de stigmatiser les trois rentes structurelles qui gangrènent la vie tout court, sur le territoire de l’archipel de Guadeloupe.

*

1 – Il y a la « rente écologique » au caractère naturel, que la société actuelle doit principalement à l’ancienne niche amérindienne, en particulier de la part des Kalinyas.

2 – Il y a la « rente entrepreneuriale », au caractère essentiellement capitaliste qui ne se développe que sous le couvert d’une extension de son espace, d’où l’expansion coloniale.

3 – Il y a la « rente assimilationniste », stade suprême du colonialisme, présentant un caractère providentiel. Elle se matérialise sous la forme de l’Etat capitaliste, qui dispense des « bontés », sortes de cadeaux singulièrement attachés à des idées généreuses que seule la démocratie et la République savent enfanter.

*

MWA MÉ …! MWA MÉMWA …!

Le mois de mai, dans l’histoire de la Guadeloupe, occupe une place particulière.

Pourquoi ?

D’abord, il s’agit de remarquer que le premier semestre (janvier-juin) est une période de  l’année dominée par le retour aux températures chaudes. La saison sèche, dite de carême s’installe progressivement . La pluviométrie annuelle enregistre ses plus basses précipitations. La deuxième phase de ce premier semestre (avril à juin) est celle qui consolide les premières tendances. Les corps (végétaux, animaux, humains) sont alors au maximum de leur revitalisation. L’environnement naturel est changeant : mer calme, végétation exubérante ou rabougrie (selon la tendance : carême vert ou sec)… Les vibrations atmosphériques peuvent être très variables : forte humidité, pression atmosphérique élevée… Les influences hivernales de la zone tempérée Nord s’estompent peu à peu et laissent place à une dominante équatoriale, qui se convertira quelques mois plus tard en des troubles atmosphériques violents (tempêtes, ouragans)….

Le mois de mai est au cœur de cette conjonction entre le plus frais et le plus chaud.

Sur le plan social, Kalukaéra (île aux belles eaux) voyait alors s’ébranler les canoas pour des expéditions Kalinas, vers les îles avoisinantes. Au cours de ce premier semestre, Les vaillants guerriers Kalinago se faisaient respecter, y compris par les Espagnols. L’intrusion coloniale française s’est effectuée au mois de juin 1635. Ainsi donc, deux mondes s’enchevêtraient pour une indicible confrontation.

  1. Mai 1802 : C’est le moment de la première conflagration qui prend un aspect principalement militaire. En effet, le Gouvernement provisoire de la Guadeloupe, installé le 5 novembre 1801, se trouve confronté six mois plus tard (le 6 mai 1802) a un dilemme : faut – il remettre le pouvoir à Richepanse, envoyé par Bonaparte, à la tête d’une expédition de plus de 3000 militaires ? La réponse sera  oui et non ! Ce sont d’abord, les « légitimistes » avec à leur tête Magloire Pélage qui répondent « oui »! Mais, les « indépendantistes » répondent  « non »! La personne reconnue comme le porte drapeau de cette dernière tendance, c’est sans conteste Joseph Ignace. Aussi, le 6 mai 1802, c’est la rupture… « yo ka kaskòd ! » La guerre est la seule issue. Elle est là dès le 10 mai sur les côtes sous le vent de la Guadeloupe. On connaît le déroulement des batailles qui opposent les deux armées. Mais, il mérite que l’on signale la décision des « officiers rebelles »de quitter le fort de Basse-Terre dans la nuit du 21 au 22 mai, scindant leurs troupes en deux colonnes : l’une s’élançant vers les hauteurs du Matouba, avec à sa tête Louis Delgrès, et l’autre vers les plaines de l’Est et Pointe-à-Pitre, sous le commandement de Joseph Ignace. Ce mois de mai 1802 se terminera par les défaites de nos troupes, d’abord le 25 à Baimbridge et le 28 à Danglemont.
  2. Au mois de mai 1848, c’est l’abolition de l’esclavage, sous la menace d’une révolte généralisée des esclaves de la Guadeloupe. Le gouverneur Layrle décide de devancer la publication du décret du 27 avril et rassure les esclaves et les maîtres : les uns seront « légitimement » indemnisés et les autres devront se mettre au travail afin de s’émanciper réellement.
  3. Le mois de mai 1967 voit l’assassinat d’une centaine de Guadeloupéens. Les forces coloniales tirent sur les ouvriers, sur les jeunes et sur n’importe qui dans la rue entre l’après-midi du vendredi 26 et la fin de la matinée du samedi 27.
  4. Entre ces mois de mai, nous nous souvenons des févriers sanglants : 1910 (2 morts), 1925 (6 morts), 1952 (4 morts)… nos premiers semestres portent le sceau du tragique.

Depuis le

 « Twa Jou Maché ! » de 2002

« Fè Mémwa Maché… Fè Konsyans Vansé ! » de 2004,

« Komité Mwa Mé » de 2005, signé UGTG, AKIYO, MOUVMAN NONM…

« ANMWÉ 67 ! » de 2006…Malgré les déconvenues et les désunions…

Il y eu  » JANVYÉ 2009 ! » du LKP !

Nos débuts d’année sont porteuses d’espérances  !!!