La dernière phase du génocide par susbtitution… Etape 1 –

Lorsque 550 personnes débarquent à l’extrémité septentrionale de l’ile de Guadeloupe (aujourd’hui dite Pointe Allègre), le mercredi 28 juin 1635, sous le commandement des deux responsables de la Cnie des Isles d’Amérique, les sieurs De l’Olive et Du Plessis, elles ont engagé un processus colonial. Cette colonisation moderne  marque l’intrusion de la Monarchie et des capitalistes français dans l’expansion des nations européennes, qui inaugurent une étape nouvelle de la construction et de la conquête du monde. Le territoire de l’archipel guadeloupéen, peuplé alors de Kalinas, est introduit dans un concert nouveau de luttes d’influence entre institutions religieuses, compagnies capitalistes, Etats nations, Aujourd’hui, sur le plan international, la majorité des Peuples de la Terre admet  qu’il y a lieu de concevoir les rapports entre eux sur des bases respectueuses du droit pour chacun d’eux de disposer de lui-même. Evidemment, ce droit ne saurait se limiter aux seuls Peuples constitués et dominants entre les XVI et XIXe siècles.

Si ce devait être le cas, cela signifierait que de nombreux Peuples d’Europe, reconnus par la communauté internationale, devraient dans l’instant renoncer à leur pleine souveraineté.

Si ce devait être le cas, cela signifierait qu’au-delà du XVIe-XVIIe siècle, plus aucun Peuple n’aurait le droit d’émerger de la gangue de la barbarie des rapports anciens. Il faudrait concevoir l’évolution de ces Peuples comme un phénomène anhistorique, n’ayant aucun sens dans la compréhension de l’évolution de l’humanité elle-même.

Heureusement, l’ampleur des conflits engendrés par la colonisation moderne a eu pour effet de tempérer, sinon les ardeurs belliqueuses des plus puissants, les ambitions de certaines des plus grandes collectivités constituées entre le XVIe et le XXe siècle. Des principes de droit ont supplanté, dans des lois positives, les anciennes sauvageries de la jungle initiale. Toutefois, nous habitons là le domaine de la morale entre  Nations, entre Peuples.  Nombreux sont les dirigeants qui font peu de cas de ces principes. Ils se placent du point de vue de la continuité de leurs désirs ancestraux. Ce sont ceux là même qui s’appuient sur les principes nouveaux afin de mieux masquer leur conservatisme, qui se vantent d’être les plus fidèles des démocrates. Cette mesquinerie subjective affecte grandement les rapports entre les Peuples. Les principes affirmés sont alors appliqués de manière discriminatoire. Certains sont considérés comme des Peuples, d’autres comme des Populations, et pour ceux reconnus en tant que Peuples, l’application du principe de droit de disposer de soi reste toute relative : tout dépend de la volonté des dominants.

La Guadeloupe est directement concernée par une telle approche.

Pouvez-vous reconnaître en quoi ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s